L’ordonnance conservatoire, une nécessité ou un atout?